ors-limousin.org
Image default

tensions sur les médicaments de réanimation 

Notez cet article


Avec l’explosion de la demande, les produits indispensables aux patients actuellement sous respiration artificielle commencent à manquer.

Après les masques, les équipements de protection pour les soignants, les tests, ce sont désormais les médicaments indispensables aux services de réanimation qui viennent à manquer. Dans un document confidentiel du ministère de l’Intérieur daté du 25 mars que Le Figaro s’est procuré (et dont Mediapart avait dévoilé quelques pages vendredi), il est indiqué que «les hôpitaux civils n’ont qu’une semaine d’approvisionnement, tandis que les hôpitaux militaires n’ont plus que 2,5 jours de stock, contre 15 jours en temps normal.» À court terme, indique ce rapport, «il conviendra de s’appuyer sur les stocks d’hôpitaux des départements peu impactés». On y apprend également que «les vétérinaires, détenteurs de ce type de médicaments, sont également mis à contribution: c’est déjà le cas de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort». Sidérant.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: le formidable élan de solidarité pour combler les pénuries de matériel en réanimation

Interrogé sur la question des stocks lors d’une conférence de presse samedi dernier, le premier ministre, Édouard Philippe, a indiqué que les inquiétudes ne portaient pas tant sur la pénurie de médicaments que sur l’explosion de la demande. «Comme le monde entier se trouve confronté à une situation où les besoins en réanimation explosent à un rythme jamais constaté, nous avons et nous pouvons avoir dans les semaines et les jours qui viennent des tensions d’approvisionnement», a-t-il déclaré, fataliste.

Si la situation est encore sous contrôle dans la plupart des hôpitaux français, certains commencent déjà à être en difficulté. En particulier les établissements franciliens, qui comptaient mercredi plus de 2 000 patients en réanimation. «Nous sommes en alerte depuis un peu plus d’une semaine. Nous n’avons pas de rupture, mais des tensions assez importantes sur tous les médicaments de sédation», rapporte le Pr Jean-Michel Constantin, anesthésiste réanimateur à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (AP-HP). Même constat pour le Pr Philippe Montravers, médecin anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Bichat à Paris : «À l’heure actuelle, nous ne manquons de rien. Mais nous nous préparons à être en énorme tension sur quasiment tous les médicaments, même les antibiotiques qui permettent de traiter les infections nosocomiales.»

» LIRE AUSSI – Pr Rémi Salomon: «Certains médicaments essentiels vont manquer»

Trois types de produits sont essentiels pour qu’un patient puisse être mis sous ventilation mécanique: les hypnotiques, qui plongent dans un coma artificiel ; les dérivés de la morphine, qui sont de puissants antidouleurs ; et les curares, des produits paralysants.«La consommation de ces médicaments est délirante, et elle ne cesse de s’accroître», s’inquiète le médecin.

Et pour cause: la grande majorité des patients en réanimation ont besoin de ces produits tout au long de leur séjour. Ce qui explique pourquoi leur consommation a été multipliée par 20 (+ 2 000 %!), comme l’a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran. Autre problème: «Nous constatons que les patients Covid ont besoin de doses plus importantes de certains médicaments par rapport aux patients habituellement hospitalisés en réanimation. Ceci multiplié par le volume de patients actuel crée en effet une très forte demande à l’échelle mondiale», rapporte la Dr Élise Morawiec, du service de pneumologie, médecine intensive et réanimation à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Un retour à la normale espéré pour septembre

Et la situation est partie pour durer. «Nous sommes actuellement en phase d’augmentation, nous atteindrons prochainement un plateau qui va durer deux ou trois semaines à ce rythme», estime le Pr Jean-François Timsit, chef du service de réanimation et maladies infectieuses à l’hôpital Bichat (AP-HP), qui table sur un retour à la normale en septembre.

Face au risque de pénurie, certains services sont déjà passés au système D. «Nous faisons les fonds de tiroir, témoigne le Pr Constantin. Nous nous remettons à utiliser d’anciennes molécules dont il restait encore un peu de stock, comme c’est le cas du gamma-OH, un produit d’anesthésie que tout le monde connaît sous le nom de GHB. Cela nous permet de diminuer les doses des autres produits.» Ces alternatives ne sont heureusement pas moins efficaces, simplement plus longues à éliminer pour l’organisme et nouvelles pour certains soignants, qui doivent alors se former.

» LIRE AUSSI – Comment monter à 14.500 lits de réanimation

Par souci d’économie, certains hôpitaux sont aussi plus regardants sur les quantités administrées.«Pour l’instant, nous ne manquons pas de matériel, mais nous avons une utilisation plus parcimonieuse des médicaments. Nous essayons par exemple d’utiliser moins de curares», explique le Pr Nicolas de Prost, médecin réanimateur à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil. «Nous avons des machines très sophistiquées qui nous permettent de doser précisément la quantité de médicament nécessaire, mais nous n’en aurons pas pour tous les patients», indique le Pr Montravers. Le médecin se veut optimiste: «On trouvera toujours des solutions, même si cela passe par des techniques plus rustiques. S’il le faut, nous réduirons des comprimés en poudre pour les injecter dans l’estomac. Mais nous n’en sommes pas là.»

 On manque de tout, mais nous arrivons encore à tout récupérer pour le moment. C’est la grande débrouille

Pr Jean-François Timsit, chef du service de réanimation et maladies infectieuses à l’hôpital Bichat (AP-HP)

Nombre de médecins ont rapporté au Figaro que, plus encore que les médicaments, ce sont certains matériels pour les administrer qui font déjà cruellement défaut. «Nous manquons de pousse-seringues, à tel point que nous devons mélanger certains produits dans la même seringue pour les économiser», raconte le Dr Damien Barraud, réanimateur à l’hôpital de Metz-Thionville, qui indique vivre «avec une épée de Damoclès». «On manque de tout, mais nous arrivons encore à tout récupérer pour le moment. C’est la grande débrouille», résume le Pr Timsit, qui a appelé lui-même une firme pharmaceutique mardi pour obtenir des médicaments. «Les entreprises font ce qu’elles peuvent, mais nous sommes en train de tout vider.»

» LIRE AUSSI – Coronavirus: des soins souvent lourds en service de réanimation

Dans ce contexte, l’Agence nationale du médicament est évidemment mobilisée. Ses missions sont d’«évaluer les risques de ruptures de stock, de valider et de coordonner, si nécessaire, les actions qui doivent être menées par les laboratoires pharmaceutiques, afin de sécuriser l’accès à ces médicaments pour les patients», a-t-elle indiqué, précisant qu’elle pourrait être amenée à «prendre des mesures exceptionnelles si cela s’imposait».

Dimanche, plusieurs ONG, dont l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds), ont déposé un recours au Conseil d’État, demandant au gouvernement d’agir. « Les entreprises ont en grande partie délocalisé leur production en Inde et en Chine, ce qui nous rend dépendants de ces importations », indique Pauline Londeix, cofondatrice de l’OTMeds. «Que se passera-t-il si ces pays cessent d’exporter? Il faut agir dès maintenant en produisant à nouveau sur notre territoire. Chaque jour compte.»

Source

Autres articles

Le confinement a finalement eu un effet positif sur les habitudes de santé des Français 

adrien

Association Internationale dévouée à la renaissance des victimes de violence 

adrien

en France, un homme était déjà infecté fin décembre 

adrien

attention à l’excès de sport et aux efforts intenses, notamment en cas de fièvre 

adrien

l’inquiétante baisse des consultations médicales en ville 

adrien

quand un médecin se consulte depuis le domicile 

adrien